La ville de New York face aux policiers

En vue d’accroitre la responsabilité de la police et d’améliorer la sécurité civile, notamment pour les communautés de couleur, le Conseil municipal de la ville de New York a fait passer un projet de loi jeudi pour mettre fin au principe de l’immunité qualifiée, qui couvre les policiers exerçant des fonctions discrétionnaires de toute responsabilité civile.

“Le Conseil municipal de New York vient de voter pour mettre fin à l’immunité qualifiée pour les policiers, faisant de New York la première ville du pays, à le faire. C’est dans l’état du Mississippi en 1967 que l’immunité qualifiée a été instaurée pour empêcher le mouvement des Freedom Riders de tenir les fonctionnaires responsables même lorsqu’ils enfreignaient la loi », selon ce qu’a annoncé Corey Johnson jeudi sur Twitter, le porte-parole du Conseil municipal de New York. « Avec l’immunité qualifiée, associée à l’histoire du racisme systématique de notre pays, la justice n’a pas été pas en faveur des Freedom Riders et c’est depuis des décennies que la justice ne se positionne pas en faveur des personnes victimes des abus de la police. Ceci n’aurait jamais dû être autorisé, mais je suis fier que nous ayons pris des mesures pour y mettre fin aujourd’hui ici à New York ».

Cette réforme intervient après que la Chambre des représentants des États-Unis d’Amérique a adopté au début du mois, le George Floyd Justice in Policing Act, qui vise à restructurer la police aux États-Unis et à « éliminer ‘l’immunité qualifiée’ pour tous les agents des forces de l’ordre locales, fédérale, et de l’État. Sous l’immunité qualifiée, le gouvernement se soustrait à toute responsabilité juridique concernant les violations des droits civils à moins que les victimes parviennent à démontrer que leurs droits ont été clairement établis à l’époque, » d’après le magazine Forbes.

Jeudi dans une déclaration, le maire Bill De Blasio, qui a noté la conformité du projet de loi au George Floyd Justice in Policing Act, a déclaré qu’il s’appuie sur les propositions que présente le Projet de plan pour la réforme et la réinvention de la police de la ville de New York face à « l’histoire douloureuse » de la police racialisée.

“Ces réformes permettront d’affronter des décennies durant lesquelles les interventions policières ont été excessives au sein des communautés de couleur et renforceront les liens entre police et communauté », a affirmé De Blasio. « Je suis reconnaissant envers mes commanditaires Jennifer Jones Austin, Wes Moore, et Arva Rice pour leur vision du leadership tout au long du processus, ainsi qu’envers l’intervenant Johnson et le président Adams. »

La résolution du Conseil sur la réforme de la police, connu comme étant une législation, se focalisera sur : « la décriminalisation de la pauvreté, la reconnaissance et l’examen continu de l’histoire et de l’actualité de la police racialisée à New York, la représentation de la communauté et du partenariat, et créer à New York un service de police différent, résilient, et soutenu ».

On s’attend à ce que toutes ces initiatives, conformément au projet de réforme, soient lancées et que certaines d’entre elles soient complètement mises en œuvre cette année. La ville publiera également un tableau de suivi des engagements qui inclut les calendriers de mise en œuvre, l’état d’avancement de la mise en œuvre, et les mesures pour toutes les propositions dans le cadre du projet, d’ici le 1er mai.

« Nous pensons que le projet ratifié aujourd’hui par le Conseil de la ville reflète les sujets présentés en rapport avec les réformes s’articulant directement autour de la fin d’une telle police, de la criminalisation de pauvreté, et du manque de transparence et de responsabilité au sein du service de la police de New York. Nous savons qu’il reste encore beaucoup à faire”, comme l’ont dit dans une déclaration, Jennifer Jones Austin, Wes Moore et Arva Rice, les commanditaires de la Collaboration pour la Réforme et la Réinvention de la Police. « Le travail commence maintenant pour exécuter ce projet sur-le-champ, et s’assurer que le budget de la ville s’y aligne entièrement.”

Cependant, tout le monde n’approuve pas le projet de loi.

« Mettre fin à l’immunité qualifiée empêchera les meilleurs jeunes hommes et jeunes femmes de notre ville d’intégrer la police », comme l’a déclaré le conseiller municipal Robert F. Holden, qui a voté contre cette mesure, selon le journal The New York Times.

D’après le président de l’Association de Bienfaisance de la Police, cette publication « refroidirait les opérations de maintien de l’ordre » et supprimerait « les dispositifs de sécurité de longue date protégeant les policiers » qui agissent de bonne foi.

“Les new yorkais se font tirer dessus, et la police est présente dans les rues jour et nuit, en essayant de mettre fin au carnage », déclare-t-il.

Suite à la mort de Georges Floyd lors de son arrestation à Minneapolis, dans le Minnesota, en mai dernier et lors des protestations mondiales contre la brutalité de la police et des inégalités raciales qui ont suivi, on a fortement exprimé notre soutien pour la fin de l’immunité qualifiée en faveur des policiers.

En juin dernier, Tom Brady, le quarterback de la National Football League, était parmi les 1400 athlètes professionnels ayant demandé la fin de cette mesure.

*Article Christian Pots Traduit par Corinne Loubania pour OLM

https://www.christianpost.com/news/nyc-approves-bill-making-it-easier-to-sue-police-officers.html
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 16 =